Navigation – Plan du site
Chroniques
Cinéma

Le dernier été de la Boyita

Film argentin de Julia Solomonoff
André Videau
p. 147

Texte intégral

1C’est le deuxième long-métrage, après Hermanas (2005), de Julia Solomonoff, personnalité omniprésente et polyvalente du jeune cinéma argentin. Outre la réalisation de téléfilms et de documentaires, elle est passée par la production et par des étapes fructueuses de l’assistanat, notamment auprès de Walter Salles pour Carnets de voyage (2003). Elle s’est aussi essayée avec succès au métier de comédienne, sa prestation dans Historias minimas (2002) de Carlos Sorin a été récompensée du prix Condor.

2L’éclosion d’une sensibilité juvénile, et surtout féminine, a fait sensation dans de nombreux festivals (Cannes, Toulouse, Sofia, Miami…) et fourni des preuves éclatantes de la diversité des cinémas d’Amérique latine (Argentine, mais aussi Pérou, Bolivie, Brésil…) et de leur faculté à s’emparer de sujets hypersensibles encore enfouis sous les interdits d’ordres sociaux, familiaux, moraux, politiques ou religieux.

3Les vacances de Jorgelina (Guadalupe Alonso) dans la propriété familiale, quelque part dans la pampa, auront le goût doux-amer de la fin d’une époque et du début d’un monde. Les troubles de la puberté, avec son cortège d’attirances et de rejets, d’angoisses profondes et de plaisirs à fleur de peau, vont venir bouleverser le flux régulier des jours, leur écoulement apparemment immuable au rythme ralenti de l’adolescence. Elle n’a plus guère d’affinités avec sa sœur aînée Sylvia (Sylvia Tavcar), soudain trop grande, trop adulte, qui l’exclut de l’intimité de leur chambre, de secrets sans partage, de cachotteries, de flux menstruels… Après avoir rongé son frein, elle va déporter son intérêt sur le fragile et joli Mario (Nicolas Treise), insolite fils des fermiers, sauvageon au regard séraphique. En réalité dissimulant sous ses airs farouches une “anomalie” qui trouble son identité sexuelle et provoque l’émoi de l’entourage, les railleries, les persécutions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Videau, « Le dernier été de la Boyita », Hommes et migrations, 1289 | 2011, 147.

Référence électronique

André Videau, « Le dernier été de la Boyita », Hommes et migrations [En ligne], 1289 | 2011, mis en ligne le 29 mai 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/821

Haut de page

Auteur

André Videau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org